Welcome to ASSOCIATION SJKB. Le site officiel de la Lutte contre la cécité. Ce site bénéficie de l'audio description pour faciliter l'accès aux informations. Pour activer l'option il vous suffit de sélectionner un texte en double clic, puis sélectionnez le contenu. Cliquez ensuite sur le bouton de l'audio description pour lancer la lecture. Vous pouvez également activer l'option accessibilité par le bouton en haut à droite de votre écran , qui vous permettra d'ajuster l'écran pour facilité vos recherches.   Click to listen highlighted text! Welcome to ASSOCIATION SJKB. Le site officiel de la Lutte contre la cécité. Ce site bénéficie de laudio description pour faciliter laccès aux informations. Pour activer loption il vous suffit de sélectionner un texte en double clic, puis sélectionnez le contenu. Cliquez ensuite sur le bouton de laudio description pour lancer la lecture. Vous pouvez également activer loption accessibilité par le bouton en haut à droite de votre écran , qui vous permettra dajuster lécran pour facilité vos recherches.

Thibaut (malvoyant) a trouvé sa voie

Thibaut (malvoyant) a trouvé sa voie Thibaut est atteint d’une forme de rétinite pigmentaire dont le développement est assez rapide.

Thibaut (malvoyant) a trouvé sa voie

 

Thibaut (malvoyant) a trouvé sa voie

Thibaut est atteint d’une forme de rétinite pigmentaire dont le développement est assez rapide. Depuis tout petit, est passionné par le football. Il se destinait à une carrière professionnelle, mais son corps n’a pas suivi.

 

Dans ce témoignage, il nous raconte la perte de sa vue, mais pas seulement. Il nous explique ussi comment il est parvenu à appréhender sa vie d’une autre façon : en se lançant de nouveaux défis…

 

Thibaut (malvoyant) a trouvé sa voie
Photo de Thibaut Rigodeau par Samule Tournant – SJKB

 

Thibaut (malvoyant) a trouvé sa voie

 

Apprendre, s’adapter et réapprendre…

 

Ma maladie est telle une souris avide de fromage, elle ronge ma rétine avec voracité. Je déteste les souris et savoir qu’il y en a partout autour de nous, cachées quelque-part. Mais je n’ai pas d’autre choix que de vivre avec.

 

Je suis atteint d’une rétinite pigmentaire évolutive. Et en dehors de la Cécité progressive qu’elle provoque, elle a été un frein réel à mon épanouissement. Il est en effet très difficile d’apprendre à avoir confiance en soi, lorsqu’on a ce genre de handicap visuel.

 

Mes tout premiers pas furent accompagnés d’une balle. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été très adroit, surtout dans le sport et plus que tout dans le football, qui garde une place importante dans ma vie.

 

Thibaut (malvoyant) a trouvé sa voie
Portrait de Thibaut Rigodeau par Robin Thurel – SJKB

 

J’avais huit ans lorsque le diagnostic est tombé. Et l’annonce de cette rétinopathie a tout d’abord chamboulé ma famille. Je n’ai pas tout de suite pris conscience de sa gravité, ni de son aspect irréversible. Je me souviens que la première question qui m’est venue à l’esprit et que je me suis empressé de poser à ma mère fut :  » Maman, est ce que je vais mourir ? » J’ai été rassuré sur ce point. Mais c’est plus tard que la maladie m’a heurté, sans aucune douleur physique.

 

Avec le temps, je perdais mes facultés visuelles et je perdais les ballons de vue. Pendant les matchs, je finissais par ne plus voir arriver les joueurs sur les côtés. Alors, avec mes co-équipiers, nous avions élaboré des codes, pour que je puisse savoir ce qu’il y avait autour de moi et être capable de m’adapter. Le fait de pouvoir rivaliser d’adresse avec les autres, a toujours été source d’une grande satisfaction pour moi. Tant et si bien, qu’aujourd’hui encore, je m’en sors plutôt bien ballon aux pieds. D’ailleurs, certains de mes amis sont amenés à penser que je mens et qu’en fait, je vois très bien.

 

Mais en réalité, petit à petit la maladie évoluait silencieusement, m’obligeant à abandonner certaines choses sur le bord du chemin. Le réaliser, l’accepter et endosser le handicap à l’adolescence a été extrêmement compliqué. Surtout lorsqu’il a fallu endurer les moqueries des autres. À ce moment de notre vie, il faut un certain cran pour supporter les quolibets cruels. Ça fait mal et c’est proprement injuste de se faire traiter de «taupe» ou de «bigleux», lorsqu’on commence justement à comprendre ce qui nous arrive vraiment. Et c’est bien assez difficile comme cela, si bien que le repli sur soi semblait alors être le seul refuge.

 

Le scooter fut un moyen de m’émanciper un peu aussi. Car il était pour moi synonyme de liberté. Il me fut offert par mon père à quatorze ans. Mais il devint très vite dangereux, aussi bien pour moi que pour les autres. Rouler la nuit fut très vite impossible également. Et deux ans plus tard, je prenais la décision de cesser de le conduire, après avoir renversé un poteau de plastique, que je n’avais pas vu venir. Je faisais de même avec le vélo quelques temps plus tard.

 

Mais c’est surtout au bord de la piste de motocross, que j’ai réalisé la perte. J’aimais beaucoup aller voir mon frère en compétition. Une dizaine d’années plus tôt, j’étais capable de distinguer les numéros sur les deux roues. Et cinq ans après, je percevais encore les couleurs. J’étais donc capable de déterminer la position de mon frère lorsqu’il passait devant moi. Surtout qu’il essayait de porter une tenue que je puisse distinguer. Puis les couleurs disparaissant, c’était à son allure et à sa posture que j’essayais de le reconnaître.

 

Aujourd’hui, je ne vois plus que des masses passer devant moi. Pour essayer de l’expliquer, c’est comme de regarder le cryptage de la chaîne Canal + pour l’œil droit. Et pour l’œil gauche, c’est le brouillard complet. Alors, je me fais désormais accompagner d’une personne de confiance qui me décrit la course.

 

Cependant, passionné par les disciplines sportives, je n’ai jamais abandonné, ni cessé de me surpasser, de repousser toujours plus loin et au-delà, mes propres limites. Celles qu’impose mon handicap visuel. Je suis d’ailleurs toujours allé au bout de ce que j’ai entrepris, malgré les désapprobations des médecins et les doutes de mon entourage.

 

Je n’ai pas lâché non plus, lorsque j’ai entrepris ma licence de STAPS et que le responsable des promotions m’a clairement signifié que je ne serais pas capable d’assumer toutes les épreuves sportives. J’ai même été si profondément atteint par ses propos, que j’ai décidé de me prouver que j’en étais capable. J’allais y parvenir !

 

Les difficultés visuelles grandissant au cours du cursus, cela est devenu de plus en plus difficile. Mais j’y suis arrivé ! C’est même durant cette période que j’ai découvert l’handisport et l’épanouissement le plus grand. C’est au travers du Cécifoot que j’ai connu la consécration, grâce à mon acharnement. Car en 2011, j’ai participé au Championnat du monde. J’exultais de l’intérieur. Libre et plein d’une grande joie contenue, cela m’a permis d’acquérir de l’estime et de la  confiance en moi.

 

Témoignage de Thibaut Rigodeau
Thibaut Rigodeau par Robin Thurel – SJKB

Malheureusement, je fais partie de ces sportifs et notamment les footballeurs, qui ont la mécanique d’un corps qui lâche. En juin 2014, lors d’un tournoi amical, mon ligament croisé antérieur se rompait. Ce fut le début d’une nouvelle galère. Dès lors, le moral en berne, j’ai dû aller chercher au fond de moi pour remonter la pente. Une longue convalescence sans football à haut niveau, qu’il fut difficile de digérer. J’ai du apprendre à relativiser. Heureusement que je ne fus pas tout à fait seul dans ce centre de rééducation.

 

La rencontre avec ma kiné malvoyante fut une véritable révélation. Sans le vouloir elle m’a ouvert la voie et montré le chemin, mon chemin professionnel. Je serai un excellent kinésithérapeute au service des athlètes de haut niveau. C’est décidé !

 

Thibaut RIGODEAU

 

 

Thibault au Championnat du Monde de Paratriathlon

 

 


1 thought on “Thibaut (malvoyant) a trouvé sa voie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Résoudre : *
19 − 3 =


Abonnez

Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
YouTube
Aller au contenu principal Click to listen highlighted text!